«

Statistiques AT-MP 2020 : des premiers chiffres toujours plus inquiétants

Les principaux tableaux statistiques ne sont pas encore disponibles. Toutefois les livrets de sinistralités ont été mis en ligne.

Quels sont les principaux chiffres :
Les chiffres donnés portent sur les 9 CTN et les sections de taux bureau.
L’année 2020 a été marquée par la pandémie et les confinements qui ont maintenu beaucoup de salariés en chômage partiel. Le nombre d’heures travaillées a donc chuté. Ces cessations temporaires d’activité ont bien entendu eu un impact sur les accidents du travail. Le nombre d’accidents du travail avec arrêt a chuté. Il est passé de 655 715 en 2019 pour le cumul des neuf CTN à 539 833 en 2020. Le nombre d’incapacités permanentes a lui aussi fortement baissé passant de 33 859 à 26 909 pour les neuf CTN.
L’indice de fréquence a bien évidemment chuté passant de 33,53 à 27,91. Quant au nombre de décès il est passé de 733 à 550.
Bien évidemment la comparaison de ces chiffres avec ceux de l’année 2019 n’est en rien significative, du fait des confinements.
Toutefois certains chiffres peuvent être comparés : taux de fréquence, taux de gravité et nombre de jours moyens d’arrêt, puisque ces chiffres tiennent compte soit des heures travaillées soit constituent une moyenne significative (durée moyenne d’arrêt).
Or si le taux de fréquence a baissé nettement passant de 20,47 à 18,36, les indicateurs de gravité ont, eux, explosés dans le mauvais sens.
Le nombre de journées perdues est passé de 45 936 185 en 2019 à 45 733 260 en 2020 pour un nombre d’heures nettement inférieur. L’indice de gravité est passé de 1,43 à 1,56. Quant au nombre de jours moyens en cas d’arrêt, il accélère sa progression.

Concernant les maladies professionnelles, le nombre total de maladies professionnelles en premier règlement a également chuté, passant de 50 392 en 2019 à 40 977 en 2020 de même que le nombre d’incapacités permanentes passant de 25 121 à 20 372. Le nombre de décès continue sa baisse passant de 248 à 215.
Toutefois, de même que pour les AT, le nombre de journées perdues liées aux maladies professionnelles est resté stable baissant très légèrement de 12 942 026 à 12 810 695, ceci pour un nombre de maladies en nette baisse. L’augmentation des durées d’arrêt est donc également significative.

Remarques
D’une part on n’oubliera pas que ces chiffres concernent uniquement le régime général. Un certain nombre de salariés du privé ne sont pas pris en compte (espaces verts, secteur agricole, foresterie…) de même que les fonctionnaires et les travailleurs non-salariés.
Il est difficile de se prononcer sur la baisse des accidents et maladie du fait de l’impact de la pandémie. Toutefois, les durées moyennes d’arrêt et les taux de gravité ont, eux, explosé, ce qui n’est pas une bonne nouvelle.
Il est envisageable d’imaginer que la pandémie a eu un intact négatif sur la prévention des risques professionnels. Pourtant c’est dans ces périodes de crise qu’il importe le plus d’investir sur la santé au travail. Et le point essentiel réside dans la prévention.

Pour aller plus loin
Les livrets de sinistralité sont accessibles sur le site de la CNAM.

Date document : 07/11/2021