«

»

Risques professionnels dans le secteur photovoltaïque

A l’heure où les emplois verts sont de plus en plus à la mode, il importe de s’intéresser aux risques professionnels encourus par les différentes catégories de travailleurs du secteur.
L’IRSST du Québec s’est intéressé au secteur photovoltaïque et vient de mettre en ligne une étude intéressante dont les principaux éléments figurent ci-après.
article_2109-NIC02-PHOTOVOLTAIQUE
Remarque préalable concernant la réglementation notamment dans l’UE
« Les préoccupations d’ordre sanitaire et sécuritaire ont fait l’objet de nombreuses réflexions en Europe (Heijungs et coll. 2004) et aux États-Unis (SVTC, 2009). L’intégration en août 2012 des panneaux photovoltaïques à la directive européenne WEEE (Waste Electrical and Electronic Equipment) illustre d’ailleurs la prise de conscience du potentiel toxique des déchets des systèmes PV désormais classés déchets électroniques (Eur-lex Europa, 2012). De plus, dès 2003, des cadres juridiques répondaient à ces préoccupations par l’implantation de la Directive RoHS (Restriction Of the use of certain Hazardous Substances in electrical and electronic equipment) qui a été renforcée en 2006 par l’adoption du règlement REACH (Règlement sur l’enregistrement, l’évaluation, l’autorisation et les restrictions des substances chimiques). »

Principales conclusions de l’étude
L’IRSST(Institut de Recherche Robert-Sauvé en Santé et en Sécurité du Travail ) considère trois phases dans le cycle de vie de l’industrie photovoltaïque :
. La production des modules
. L’installation des panneaux (toits ou sol)
. La fin de vie (désinstallation des panneaux puis gestion des déchets : recyclage, réutilisation, enfouissement…)
Les risques professionnels vont pouvoir se classer suivant les différentes phases.

Au niveau de la phase de production et indépendamment des procédures d’extractions minières qui constituent une activité bien spécifique, on se trouve dans un type d’activité assez connu depuis de longues années bien que des spécificités soient propres à la production des cellules. Le risque principal provient de l’exposition à divers produits chimiques dont certains dangereux et/ou cancérogènes.
L’IRSST présente dans son étude un tableau récapitulatif des principaux produits chimiques associés à l’industrie photovoltaïque.
Du point de vue de la prévention, on se retrouve dans un cas classique de prévention du risque chimique tel qu’on en retrouve dans toute l’industrie.

La phase d’installation présente des risques physiques qui peuvent s’avérer importants puisqu’elle nécessite généralement un travail en hauteur, des branchements électriques et bon nombre de problèmes de manutentions et postures. Les travailleurs sont également exposés à des risques de brûlure thermique, de coupure lors de la manipulation de panneaux à bords tranchants).
Bien évidemment les risques classiques liés à tout chantier du BTP et notamment la circulation d’engins, la pose d’échafaudage peuvent être présents sans oublier les aggravations possibles liées aux conditions météorologiques (froid, chaleur, soleil, pluie, foudre…).
Par ailleurs le risque chimique est réel du fait de la présence possible d’amiante sur les lieux d’installation. Dans la plupart des installations, les panneaux sont, en effet, intégrés au bâti, ce qui implique le décollement de la couverture initiale (tuiles, plaques ondulées et autres panneaux de toiture et de façade) lors de l’installation et la remise en suspension atmosphérique potentielle de fibres d’amiante.
La combinaison de risque est propre à l’industrie photovoltaïque. Par ailleurs, on ne dispose pas de réelles statistiques d’accidents du travail ou de maladies professionnelles liées à ce secteur d’activité.

Concernant la troisième phase (phase de fin de vie), on trouve au niveau de la désinstallation, des risques assez similaires ceux de la phase d’installation. Il reste ensuite ceux liés à la gestion des déchets mais on se trouve alors dans une situation assez classique de traitement de déchets électriques ou électroniques.

Pour aller plus loin
Vous pouvez trouver l’étude sur le site de l’IRSST.

En suivant le lien
http://www.irsst.qc.ca/-publication-irsst-defis-emplois-verts-r-817.html?utm_source=SendBlaster&utm_medium=email&utm_term=2014-05-infoirsst&utm_content=2014-05-infoirsst&utm_campaign=2014-05-infoirsst

Vous pouvez également vous procurer cette étude en nous la demandant via notre formulaire de contact.

Date document : 16/06/2014


Crédit Photo : G. Michel / SIPA